Accueil > Journal > 2011 > L’équivalent travail dans un système de réciprocité
  • Ce texte se réfère principalement
    aux notions suivantes

Glossaire


Haut de page

2011

L’équivalent travail dans un système de réciprocité

Dominique TEMPLE | Septembre 2011

Simon Yampara faisait cette observation sur les marchés andins « même le voleur dispose de sa platita », disait-il. La platita (le “petit argent”) libère de toute contrainte sociale y compris d’être réduit au vol, de sorte que le vol devienne un acte responsable et dès lors répréhensible ! Mais d’où vient-elle cette platita ? Simon Yampara précisait que personne sur un marché andin ne supporte que quelqu’un puisse être sans platita. Si l’on voit quelqu’un démuni au point d’être sans platita, on en est à ce point consterné par cette situation impensable que l’on demande aussitôt à la personne démunie quelque service, fut-ce de transporter seulement quelque chose d’un endroit à l’autre, afin de pouvoir le gratifier d’une platita. On demande un service qui puisse immédiatement induire la réciprocité. La platita répond à ce service et n’est donc pas une aumône mais la réciprocité pour service rendu, et la demande d’un service quel qu’il soit une invitation à restaurer la matrice du sentiment d’être humain dont la personne démunie était exclue. Le se rendre utile est considéré comme une faculté dont aucun être humain ne peut être mutilé, ou un a priori donné par la nature dont personne ne peut être démuni. Sur le marché, le se rendre utile au besoin d’autrui est le ressort du vivre ensemble qui fait que les hommes forment une communauté d’hommes.

Ce n’est pas le calcul en fonction de leur intérêt qui guide les hommes mais le souci de se rendre utile aux autres.

Que ce soit dans un système de réciprocité non pensé comme celui des sociétés archaïques, ou dans un système de réciprocité rationnel et généralisé, le principe est le même : les prix sont fonction du travail pour autrui parce que le travail libéré de toute exploitation est nécessairement un travail pour autrui qui engendre tout aussi nécessairement le prix juste comme valeur. Quant à l’équivalence de la monnaie, elle correspond au travail social librement consenti pour satisfaire les nécessités des uns et des autres.

*

Pour citer ce texte :

Dominique TEMPLE, "L’équivalent travail dans un système de réciprocité", 2011, Septembre 2011, http://dominique.temple.free.fr/reciprocite.php, (consulté le 18 novembre 2017).

Haut de page