Accueil > Journal > 2011 > Le serpent à deux têtes
  • Ce texte se réfère principalement
    aux notions suivantes

Glossaire


Haut de page

2011

Le serpent à deux têtes

Dominique TEMPLE | Septembre 2011

Le serpent Ouroboros se nourrit de son corps, comme tout vivant prisonnier d’un système fermé, mais il n’a qu’une tête. Une autre image est celle du ping-pong. Elle fut proposée par Mao lorsqu’il se tourna vers les USA. Il envoya à Nixon une équipe de ping-pong. Ping est celui qui frappe le premier, Pong est celui qui comprend que l’autre frappe et lui répond. Ping est le maître, Pong l’esclave. Ping ne pense pas, Pong réfléchit. Pong dit à Ping : « Tu veux tourner autour de la terre ou tu veux aller dans les étoiles, moi aussi ; tu veux la bombe atomique, moi aussi ; tu veux accumuler le pouvoir, moi aussi ; tu veux piller les richesses, moi aussi ; tu asphyxies la terre, moi aussi ; tu assoiffes la terre, moi aussi ; tu brûles la terre, moi aussi. Que veux-tu encore que je puisse vouloir ? »

Il n’y aura pas de cesse au ping-pong tant que le Maître fera la Bête. Si l’Occidental continue à produire des voitures, l’Oriental produira des voitures et même davantage, si l’Occidental envoie des drones pour résoudre ses problèmes, l’Oriental enverra des drones, et si l’Occidental en finit avec les baleines bleues et les bisons, l’oriental en finira avec les thons et les tigres. Nixon entendait Ping pong et il pensait que Ping serait toujours Ping et pong toujours pong. Il n’imaginait pas qu’un jour Ping puisse devenir ping et pong Pong. Il n’avait pas compris l’image de Ping Pong encore moins l’inimaginable ping Pong.

Il y a deux têtes à Ping Pong aujourd’hui, ce que ne peut faire apparaître Ouroboros. Le système se dévore, mais il se dévore parce qu’il est deux serpents dont chacun dévore le corps de l’autre.

On aurait pu espérer que chaque peuple de la terre crée son propre avenir mais un seul semble leur être ouvert dans la voie duquel les occidentaux se sont engagés. La logique de la physique est universelle et nul ne peut l’ignorer. Mais c’est aussi une bonne raison d’espérer : toute autre logique plus puissante est à la disposition de tous et pas seulement réservée à l’un ou à l’autre.

*

Pour citer ce texte :

Dominique TEMPLE, "Le serpent à deux têtes", 2011, Septembre 2011, http://dominique.temple.free.fr/reciprocite.php, (consulté le 23 novembre 2017).

Haut de page