Accueil > Journal > 2011 > L’homme nu. Hommage à Alberto Santacruz (Paraguay)

Glossaire


Haut de page

2011

L’homme nu. Hommage à Alberto Santacruz (Paraguay)

Dominique TEMPLE | mai 2011

Traduction en portugais par Éric Sabourin.
Publié par la revue brésilienne REALIS - Revista de Estudos AntiUtilitaristas e PosColoniais. Vol.1, n° 01, Jan-Jun 2011 www.revista-realis.org, ISSN 2179-7501.
*

Valeurs constituées ou Matrices de la valeur ?

Les communautés amérindiennes ont pu vérifier pendant cinq siècles que dans le champ de l’économie, cela ne servait à rien de se référer à des valeurs éthiques face à des occidentaux qui leur opposaient leur maîtrise rationnelle des lois de la nature. Elles ont approuvé cette réflexion d’Alberto Santacruz [1] : “El cacicazgo ha fracasado frente a la colonización, hoy hemos encontrado el medio de superarla, y es el Consejo” [2]. Alberto Santacruz n’oppose pas des valeurs amérindiennes au système de l’exploitation capitaliste qu’il appelle la “colonización”, il dénonce au contraire el cacicazgo. Il entend par là l’expression du prestige du plus grand donateur dans une communauté de réciprocité.

Nous avons d’abord interprété la critique d’Alberto Santacruz comme la dénonciation de l’imaginaire dans lequel les communautés qui obéissent au principe de réciprocité se représentent leurs sentiments éthiques de référence : le prestige. Nous avons mis en cause la contradiction entre deux systèmes de production, l’un ordonnant la production à la redistribution en vue du prestige, l’autre ordonnant la production à l’échange en vue du profit. Le choc des civilisations européenne et amérindienne illustre la contradiction de ces deux systèmes de façon très vive. Il eut lieu en effet au moment où, les Européens maîtrisant de plus en plus rationnellement leur production, l’échange permettait d’établir des relations objectives et complémentaires entre les facteurs de production. En Europe, au XVIIe, on commençait à établir les relations sociales en fonction du rapport des choses entre elles, et l’on changeait la définition de la monnaie : elle ne mesurait plus, en effet, l’utilité de la production en fonction des besoins des hommes mais en fonction du rapport de force entre propriétaires. Le système de libre-échange était en plein essor. Les conquistadors brûlèrent les étapes, éblouis par l’or et l’argent, fétiches de la nouvelle forme de la valeur, la valeur d’échange. Sur le continent amérindien, rien ne laissait prévoir une telle évolution. Toutes les économies et plus particulièrement celle des empires étaient des systèmes de réciprocité où le prestige s’acquiert en proportion de ce que l’on redistribue. Que les Espagnols aient été reçus comme des Dieux prouve que l’on attendait d’eux une redistribution majeure, et ce fut le quiproquo.

Alberto Santacruz reconnut cet antagonisme de civilisation  (lire la définition) . Sa réflexion commençait même par une comparaison des références occidentales et des références communautaires, mais la critique du cacicazgo vise le prestige qui représente les sentiments éthiques d’une conscience affective  (lire la définition) . Or, c’est cette conscience affective qui est frappée d’impuissance face à la connaissance rationnelle des Européens, face à la raison utilitariste dans le domaine économique [3]. Ce n’est donc pas seulement l’imaginaire du prestige qui est jugé impuissant face au capitalisme mais toute valeur. Cependant, pour s’opposer au système capitaliste, Santacruz ne recourt pas à des valeurs universelles délivrées de l’imaginaire de chacun : la responsabilité, la liberté… il ne recourt pas au symbolique pur [4]. Les valeurs des communautés amérindiennes ne sont pas différentes en effet des valeurs éthiques de toutes les autres communautés du monde, mais elles ne sont pas plus capables que les valeurs éthiques auxquelles croient les Tunisiens, les Egyptiens, les Espagnols, les Portugais, les Russes ou les Français d’endiguer le système capitaliste. Aucune valeur n’est en effet susceptible d’enrayer l’économie occidentale parce que celle-ci s’est donnée comme lois, les lois de la nature.

Pourquoi les valeurs humaines sont-elles impuissantes ? Les valeurs humaines sont les représentations de sentiments éthiques qui par leur nature affective se manifestent comme des commandements absolus, des impératifs catégoriques. Le sentiment d’être humain dans une société organisée de façon complexe est de ce fait irréductible à tout autre, et cette exclusivité est exacerbée dans les systèmes de réciprocité centralisée de type religieux ou les empires de redistribution. Si la valeur est partout le signe d’une émancipation de l’homme qui accède au symbolique, et si nul ne peut se soustraire à la Loi sans y perdre son humanité, il n’empêche que l’absolu qui caractérise la valeur de référence d’une société donnée conduit à l’affrontement avec les autres, et cette toute puissance se convertit en une faiblesse mortelle.

Cependant, la formule d’Alberto Santacruz récuse la colonización tout entière : “hemos encontrado el medio de superarla”. Quel est ce moyen ? C’est une structure sociale : el Consejo, une structure de réciprocité tout aussi fondamentale que l’Alliance ou la Filiation, mais qui ne doit plus rien à la nature, qui s’affirme comme strictement économique et politique, selon la volonté des hommes. El Consejo, c’est la démocratie directe, l’assemblée communautaire. Le mot “communauté” renvoie aux relations de réciprocité qui permettent aux hommes de vivre ensemble dès l’origine.

Ce ne sont pas les valeurs éthiques qu’oppose Alberto Santacruz à la colonisation, et tous les Amérindiens qui ont réfléchi à cette question, ce sont les structures de production de ces valeurs [5].

Mais alors pourquoi la réciprocité permet-elle de vaincre la colonización ? Parce que si la réciprocité est la matrice des valeurs humaines, il est possible de maîtriser rationnellement les différentes structures de production des valeurs humaines. Ainsi, les Aymara des Andes étudient l’ayni, la réciprocité binaire simple, que l’on appelle souvent le face à face. Ils montrent comment les relations d’ayni constituent des réseaux, puis des marchés, puis des systèmes semi-complexes (l’ayllu, la marka), et comment la valeur signifie un sentiment qui réunit et conjoint la dignité, la justice et l’amitié : la chhuima, dont l’efficience peut s’apprécier dans tous les domaines de la vie communautaire [6].

La conception du “marché” reçoit alors deux acceptions : l’une occidentale qui privilégie un équilibre entre la force de travail des uns et la force de domination des autres ; l’autre communautaire selon laquelle la valeur est la représentation du travail qui satisfait le besoin d’autrui. Ici la réciprocité est nécessaire pour donner sens au travail. Hors de la réciprocité le travail n’acquiert pas de dimension sociale ni de caractère éthique et ne peut s’exprimer comme valeur.

L’habitus de se référer aux “valeurs constituées” acquises au cours de l’histoire, attribuées parfois à la grâce divine ou à l’inné génétique lorsque l’on a perdu de vue leurs structures de production, est si prégnant dans la société européenne que nos contemporains interprètent l’actualité de l’Indianité comme l’actualité de valeurs qui auraient été masquées, recouvertes ou effacées par la colonisation et l’exploitation capitaliste. Et l’on exhume les valeurs de paix et d’harmonie. L’écologie occidentale notamment prête aux Amérindiens l’idéal de trouver leur place dans l’équilibre des forces de la nature. L’équilibre existe il est vrai dans la nature puisqu’une force physique quelle qu’elle soit est nécessairement limitée par une force antagoniste, et les êtres vivants ne peuvent se concurrencer les uns les autres que pour autant que la faiblesse des uns n’entraîne pas la disparition des autres. Si le lion tuait toutes les gazelles, il mourrait de faim, mais les lionceaux meurent de faim avant que toutes les gazelles ne soient détruites de sorte que l’équilibre entre le troupeau de gazelles et le lion est la condition de la survie du lion. Le lion ne tue qu’une gazelle par jour et l’hirondelle dont nous admirons les virevoltes tue environ huit cent fois par jour… il n’y a pas d’être vivant qui ne tue pour se nourrir. L’équilibre de la nature est toujours une harmonie de meurtres !

Toutes les communautés amérindiennes ont le plus grand respect de la nature mais aucune ne s’est jamais référée aux conditions de la nature, qui représentent pour elles le chaos. Les sagesses des communautés amérindiennes sont opposées au matérialisme naïf de l’écologisme occidental. Pour toutes les communautés que j’ai rencontrées, aussi bien chez les Shuar que chez les Guarani ou les Shipibo ou dans le Chaco, la conscience est une conscience affective et spirituelle issue de la réciprocité, mais il est vrai que la réciprocité a pris une telle importance à leurs yeux qu’elles l’ont transférée à la nature, et qu’elles ont invité le manioc et le maïs, les lamas et les brebis… à des relations de réciprocité en les considérant de façon humaine. Les communautés soignent la terre comme si elle était humaine, et fabriquent par conséquent des chimères de réciprocité qui produisent des sentiments humains vis-à-vis de la nature, du moins vis-à-vis de la nature qu’elles apprivoisent ou cultivent, celle qu’elles n’apprivoisent pas ou ne cultivent pas demeurant sauvage (mais il arrive que même avec la nature sauvage ou inconnue, elles entretiennent des relations de réciprocité, de réciprocité négative !) [7].

Il est vrai que la représentation des valeurs éthiques dans les “esprits” peut conduire au même fétichisme que la représentation de la valeur d’échange dans l’or ou l’argent. Mais avant d’être des esprits fétichisés dans les représentations occidentales ou même indigènes, les sentiments nés de la réciprocité sont les manifestations de la nature humaine, le kakarma des Shuar, le teko des Guarani ou la chhuima des Aymara…

Cependant la lutte entre ceux qui utilisent la raison dans leur intérêt et ceux qui agissent au nom de valeurs éthiques en fonction de leur foi est terminée. Les premiers sont les vainqueurs, les seconds les vaincus. La situation pourra changer seulement si les partisans de l’éthique comprennent comment produire leurs valeurs de façon rationnelle. Ils disposeraient aussitôt du recours de la raison au même titre que leurs adversaires, et pourraient créer une forme de pouvoir nouvelle : non plus le pouvoir d’asservir mais le pouvoir de servir. Ils auraient surtout la possibilité de maîtriser l’absolu de leur conscience affective, et d’apprécier les valeurs d’autrui, ce qui mettrait fin à la cause de leur impuissance.

Notre proposition est de comprendre comment on engendre de façon rationnelle les références communes du vivre ensemble, plus précisément quelles sont les structures économiques et politiques qui permettent à chacun de participer à la genèse des valeurs éthiques, et de doter ces structures fondamentales de territorialités précises pour que les valeurs produites ne s’affrontent pas entre elles, ce qui est un problème de constitution.

Quelle est l’actualité de la dynamique dite amérindienne pour les occidentaux indignés du système capitaliste ? Les occupants de la place Tahrir ou de la Puerta del Sol n’opposent pas des valeurs, coptes ou islamiques, catholiques ou communistes, à d’autres valeurs socialistes ou libérales. Ils se présentent nus, c’est-à-dire en mettant de côté leurs valeurs de référence, leur foi. Ils se présentent les uns aux autres dans une assemblée qui est une expérience de démocratie directe [8] car ils font l’expérience à leur tour que signifiait le premier temps de la proposition indienne “le cacicazgo ha fracasado”, il y a quarante ans, pour les communautés d’Amazonie et des Andes (les valeurs sont impuissantes face à la raison utilitariste).

Sur les places égyptiennes, tunisiennes, espagnoles… comme dans les veillées des communautés amérindiennes, les jeunes gens font l’expérience de la rencontre avec autrui, la rencontre initiale, la même que celle des premiers hommes. Ils sont étonnés de se retrouver si nombreux. Ils découvrent les fondements (par exemple le partage) qui donnent accès au deuxième temps révolutionnaire qu’Alberto Santacruz exprimait à sa façon : “superar la exploitación” ! La révolution n’est pas une affaire de spécialistes ou de mercenaires armés ou cagoulés, d’hélicoptères ou de tanks, elle est celle de l’homme nu, elle est à la disposition de tous, elle est immédiate, elle n’est pas une fin, elle est un commencement.

Il leur faut à présent transformer la démocratie directe en structures sociales génératrices des valeurs communes, il leur faut, comme dit un “résistant” de longue date, passer de l’indignation à l’engagement.

Il est nécessaire de reconnaître quelles sont les structures sociales de base qui permettent de réaliser le principe de réciprocité, leurs formes positive ou négative ainsi que leurs niveaux de réalisation, leurs modalités d’articulation, et quelle est la valeur spécifique que chacune produit [9]. Il sera alors possible de proposer une inflorescence de solutions économiques et politiques pour un investissement sans limites de l’énergie psychique qui ne mettra pas en péril ni la nature ni l’humanité.

Il est surtout indispensable de libérer la raison de l’emprise exclusive de la logique de la physique qui ne permet que de comprendre comment se fabriquent des outils mécaniques. Il est indispensable de s’enquérir de la logique qui traite des relations intersubjectives, afin de pouvoir créer non pas du pouvoir militaire ou du pouvoir monétaire rivé à la force que l’on emprunte à la nature et à ses lois, mais les sentiments d’une conscience libre de toute force, ce que veut dire l’homme nu.

*

Pour citer ce texte :

Dominique TEMPLE, "L’homme nu. Hommage à Alberto Santacruz (Paraguay)", 2011, mai 2011, http://dominique.temple.free.fr/reciprocite.php, (consulté le 20 novembre 2017).

Haut de page


Notes

[1] Responsable de la communauté des Nivaklé du Paragay, Président du Premier Parlement du Cône Sud, qui détourna en développement alternatif le projet d’anthropologie que des progressistes de cette époque proposaient comme mode d’intégration de l’Indianité (le projet Marandu, 1974).

[2] « Le caciquat a échoué face à la colonisation, aujourd’hui nous avons retrouvé le moyen de le dépasser, et c’est le Conseil ».

[3] Rien ne montre mieux sans doute cette antinomie que la conception de la guerre : tandis que les uns s’interdisent d’utiliser des armes meurtrières car leur but est de faire des prisonniers ou un prisonnier qui sont ensuite immolés dans un sacrifice religieux, les autres fabriquent les armes les plus performantes possible pour tuer le plus possible.

[4] Ni à la raison utilitariste comme le proposent d’autres civilisations dans l’espoir de retourner contre les occidentaux leur propre dynamique.

[5] Alberto Santacruz présida le premier Conseil Indigène du Paraguay qui devait servir de référence au “Conseil Aguaruna Huambisa” du Pérou, dans les années 1970-80.

[6] Dans le numéro 35-36-37 de la Revista Iberoamericana de Autogestión y Acción Comunal (INAUCO, 2000), Jacqueline Michaux et ses collaborateurs ont présenté une étude d’un système semi-complexe de réciprocité : l’ayllu des Quechua et Aymara de Bolivie et du Pérou. Chaque communauté est à même aujourd’hui de faire un travail de base similaire. Laissons les différentes communautés ériger leur label de réciprocité. Mais, encore une fois, il ne s’agit plus de parler au nom des valeurs, si authentiques et excellentes soient-elles, et quelle que soit leur efficience, car elles sont inopérantes face à la force du système capitaliste (la concurrence irrépressible des êtres vivants et l’interaction des forces physiques de la nature), il s’agit de comprendre comment se constituent les matrices des sentiments humains.

[7] Si l’on veut situer l’énergie psychique dans la nature, il faut reconnaître qu’elle résulte de la relativisation contradictoire des énergies physique et biologique, c’est-à-dire qu’elle se développe aux dépens de l’énergie physique et de l’énergie biologique ; ou encore reconnaître que dans la nature se déploient non seulement deux dialectiques antagonistes (celle que décrit la physique avec le principe d’entropie, et celle que décrit la biologie à partir de la généralisation du principe de Pauli), mais encore une troisième dialectique : celle de l’énergie psychique. Il devient alors possible de postuler la présence de l’énergie psychique dans tout événement de l’univers, sous une forme que l’on pourrait dire “immergée” lorsque domine l’énergie physique ou la matière-énergie biologique, et sous une forme “émergente” dans le cas contraire. L’émergence de l’énergie psychique dont témoigne en particulier le phénomène humain est aujourd’hui décrite par les neurosciences non seulement dans les systèmes cérébraux mais au sein des neurones, des protéines et même de molécules très simples, bientôt des atomes, et elle sera inéluctablement reconnue comme constitutive de l’univers au même titre que l’entropie et la néguentropie. Il ne sera alors plus possible de réduire l’énergie psychique à l’énergie physique ou biologique. Par contre, on pourra reconnaître à tous les êtres de la nature une conscience affective et peut-être des langages spécifiques.

[8] Que l’on retrouve dans les crises révolutionnaires : la Commune de Paris, les Soviets, le Printemps de Prague, les Cent fleurs, Mai 68…

[9] Voir site : Réciprocité-Reciprocidad.