Glossaire


Haut de page

1. Le Quiproquo Historique chez les Caraïbes

Résumé :

En 1492, les Européens qui débarquent sur les terres d’Amérique ont un objectif : la richesse. Ils appellent la richesse l’or dont ils ont fait le symbole de la valeur d’échange. Or, l’économie des communautés autochtones est fondée sur la réciprocité et la redistribution.

La question majeure dès les premiers moments de la rencontre de Colomb et des communautés amérindiennes est la confrontation de deux systèmes économiques antagonistes, mais les uns se méprennent sur les autres. C’est le Quiproquo Historique...

Christophe Colomb note jour après jour ses observations. Ligne par ligne on peut suivre la question du Quiproquo Historique : les indigènes offrent l’hospitalité, les colons de la “pacotille” pour s’attirer les bonnes grâces des indigènes mais dans l’intention d’échanges fructueux, alors qu’ils sont interprétés par les indigènes comme les symboles d’une alliance.

Lorsqu’il apparaît que les indigènes méprisent l’échange, les espagnols concluent qu’ils ne savent pas apprécier la valeur des choses et qu’ils sont dépourvus de la raison. Le pillage et l’assassinat, l’esclavage ou le génocide leur paraissent dès lors justifiés.

Dominique TEMPLE

1992

*

Les trois articles :

– “L’antagonisme de civilisation”,

– “Le Quiproquo historique”,

– “La première communauté de réciprocité universelle”, ont été publiés dans le Journal Golias, n° 31, « 1492-1992 : De la conquête de l’Amérique à la controverse de Saint-Domingue », Bruxelles, automne 1992, pp. 139-163.

Traduction en castellano : El Quid-pro-quo histórico - El malentendido recíproco entre dos civilizaciones antagónicas, La Paz, Aruwiyiri, 1997, 78 p.

Rééd. Teoría de la reciprocidad, La Paz, Padep-gtz, 2003.


Haut de page