Glossaire


Haut de page

2. Le Quiproquo Historique chez les Guarani

Résumé :

Le Quiproquo Historique chez les Guarani s’est d’abord institué en termes de parenté. Les Guarani offrent l’hospitalité aux colons qu’ils appellent « beaux-frères » en acceptant que ceux-ci prennent femme dans leurs communautés. Le mariage implique le service de parenté au bénéfice de l’étranger. Mais les « conquistadors » traitent les femmes selon d’autres impératifs que ceux de fonder une famille ou une alliance de parenté. Le Quiproquo est alors dévoilé et dénoncé.

Une deuxième chance d’une rencontre pacifique est offerte par les missionnaires franciscains qui créent les « Réductions ». Le Quiproquo se reproduit cependant en termes d’économie politique. Les Franciscains « donnent » des haches de fer, ce qui fait d’eux des hommes prestigieux, mais ils transforment la soumission des Guarani en servage des colons (la mita) car ils doivent payer les haches aux colons.

L’Histoire offrira une troisième chance aux Guarani avec l’arrivée des Jésuites qui fondent des « Réductions » libérées du servage colonial : une civilisation nouvelle et brillante se développe rapidement qui sera anéantie lors de l’expulsion des Jésuites par le génocide des Guarani.

Dominique TEMPLE

*

Mis en ligne par DIAL - Diffusion de l’Information sur l’Amérique Latine -
- DIAL 3193 : 1. Le Quiproquo politique : Le don des vivres. Le 12 mai 2012.
- DIAL 3197 : 2. Le Quiproquo missionnaire. Le 13 juin 2012.

Publication en espagnol : Ñande Reko – Comprensión guaraní de la Vida Buena, Chap. 3. “El encuentro de occidente con la indianidad guaraní”, édité par Javier Medina, La Paz, FAM-Bolivia / Programme de soutien à la gestion publique décentralisée et de lutte contre la pauvreté, « Gestión Pública Intercultural » n° 7, (2002), 2008, p. 43-85.

Teoría de la Reciprocidad, Vol. III “El frente de civilización”, La Paz, Padep-GTZ, 2003.

Haut de page