Glossaire


Haut de page

La page blanche

Livre disponible ici et bientôt sur Amazon.

Stéphane Lupasco a proposé que la logique d’identité ne soit qu’un cas particulier d’une logique plus générale la logique dynamique du contradictoire, comme la mécanique de Newton est un cas particulier d’une dynamique plus générale ou la géométrie d’Euclide un cas particulier d’une pangéométrie.

Grâce à la logique dynamique du contradictoire, nous défendrons l’hypothèse que la relativisation des contraires donne naissance à une résultante en elle-même contradictoire dépourvue de tout caractère existentiel mais révélée par l’affectivité du sujet. La réciprocité (entre les hommes) devient alors la matrice d’une relativisation des contraires, intersubjective, à l’origine du sentiment éthique et du sens des connaissances, qui en sont les limites non-contradictoires.

La référence à Lupasco reste cependant ambiguë car elle conduit à une impasse quiconque essaie de concilier la thèse du dualisme antagoniste telle qu’elle est exprimée en 1935 et la logique du contradictoire formalisée en 1951. En particulier, sa tentative d’une théorie de la connaissance à partir du dualisme antagoniste, qui aurait pu intéresser les sciences humaines, ne parvient pas, selon nous, à rendre compte de la conscience éthique.

Ceci nous amène à proposer une analyse critique du dualisme antagoniste puisque, par ailleurs, nous croyons la logique du contradictoire nécessaire pour comprendre en quoi la réciprocité anthropologique en tant que matrice des valeurs humaines, diffère de la réciprocité physique.